Laurie, Laetitia et Sara

LEcoleDuNordEntiteDeTournai_equipe-école-paris-laurie,-laetitia,-sara-.jpg
Je pratique l'école du dehors depuis Laetitia (au centre) et Sara (à droite) pratiquent depuis une dizaine d'années. Laurie (à gauche), depuis deux ans.
C'est quoi et pourquoi pratiquer l'école du dehors ? L’école du dehors c’est vivre et apprendre au contact de la nature. C’est une immersion et des rencontres dans l’environnement naturel, social et vivant.
Que souhaitez-vous pour les enfants ? Des enfants épanouis, curieux, respectueux du monde qui les entoure.
Quel a été le déclencheur ? Enseignantes proches de la nature et tout de suite partantes et motivées quand elles ont eu écho de l’école du dehors.
Quel âge à votre public ?
  • Maternelles
Que faites-vous dehors ? Cela a-t-il un lien avec les programmes et les matières ?
Nous réalisons des activités en fonction des thèmes, des saisons, et ce dans tous les domaines. Nous laissons aussi une grande place à la spontanéité des découvertes.
L’imagination des enfants nous emmène dans des projets qui se poursuivent en classe.
A quel moment privilégiez-vous d'aller dehors ? Tous les jeudis, tout au long de l’année.
Où allez-vous et quel est votre endroit préféré ? Nous nous rendons à la marmite à Froyennes.
Nous appréciions aussi le bois des Horizons Nouveaux mais trop de monde s’y rend.
Quelle est votre plus grande fierté ? D’avoir des enfants heureux et enthousiastes à chaque sortie à l’école du dehors.
Un souvenir, une anecdote ?

Le tour de la marmite avec tous les enfants dans une remorque, tirée par un tracteur. Une autre découverte de l’espace et de nouvelles sensations.

Les enfants ont imaginé des maisons dans les arbres, où vivent des petits lutins.

Une matinée sous la neige avec bataille de boules de neige, bonhommes de neiges et rigolade assurée.
Un conseil, un message ? Faire l’école du dehors c’est avant tout une envie de s’y lancer, de ne pas craindre le mauvais temps et d’oser.
Etre motivé pour transmettre son envie aux enfants.
Quels sont les freins à la pratique ? Les transports en bus : Nous dépendons des bus de la ville qui ne dispose pas de suffisamment de bus et de personnel pour assurer toutes les sorties de toutes les écoles. Nous sommes parfois prévenus au dernier moment. Prendre les bus TEC serait un budget trop conséquent étant donné la fréquence de nos sorties.

Le matériel (ce que nous achetons vient de nos propres fonds)
Le manque d’encadrement (par exemple pour pouvoir faire un feu)

Le budget : un budget conséquent a été octroyé à la ville pour l’école du dehors. Quelle ne fut pas notre déception lorsque nous avons appris que la totalité du budget a été donné au CRIE alors que nous aurions aimé pouvoir en bénéficier pour l’achat de matériel.