Myriam Aubrum

MyriamAubrum_img_4945.jpg
Je pratique l'école du dehors depuis 2014
C'est quoi et pourquoi pratiquer l'école du dehors ? C'est une journée en forêt, tout au long de l'année et par tous les temps (sauf grand vent). Idéalement, une fois par mois.
Que souhaitez-vous pour les enfants ? Je pratique l'école du dehors pour aborder tous les apprentissages hors du cadre "classe" et au sein de la nature.
Pour avoir le droit de se salir, de sauter dans la boue, de jouer avec le feu...
Pour observer la nature et les saisons en se plaçant au coeur de celle-ci.
Pour être acteur de ses apprentissages.
Quel a été le déclencheur ? Une journée au Mont Saint-Aubert av ec Philippe et Anne-Sophie dans des conditions mémorables de boue où les enfants et moi sommes éclatés ! Anne-Sophie me parle alors de l'école du dehors et je me lance...
Quel âge à votre public ?
  • Maternelles
Que faites-vous dehors ? Cela a-t-il un lien avec les programmes et les matières ? Des activités dirigées, avec objectifs précis en lien avec TOUS les domaines d'apprentissage et en lien avec le programme.
Des activités libres où l'enfant évolue librement dans un périmètre défini, avec du matériel et dans un souci de sécurité permanent (ex : jouer avec le feu, se servir d'un Opinel...).
L'adulte attrape les occasions d'apprendre.
A quel moment privilégiez-vous d'aller dehors ? L'idéal pour moi est une sortie par mois, une journée complète et tout au long de l'année afin de se retrouver au coeur de chaque saison et dans toutes les conditions météo.
Où allez-vous et quel est votre endroit préféré ? Horizons nouveaux, Mont Saint-Aubert ou jardin de l'école.
Quelle est votre plus grande fierté ? Pouvoir et vouloir le faire à 55 ans.
Un souvenir, une anecdote ? Il y a en trop... Mais la tournée de gastro lors de notre première sortie reste mémorable.
Un conseil, un message ?
Surtout ne pas vouloir être à tout prix dans des conditions "classe" que l'on a juste déplacées. L'école du dehors, c'est une autre approche de la transmission de savoirs qu'il faut aborder dans sa globalité et dans un état d'esprit complètement différent.
Quels sont les freins à la pratique ? Le grand vent pour la forêt (danger).
L'éloignement géographique de l'école qui empêcherait de trouver un coin nature accessible à pied.